Archives mensuelles : août 2017

Au coeur des ténèbres, de Joseph Conrad, civilisation

Recueil de 2 nouvelles récupéré chez ma mère et que j’ai emporté en vacances.

Au coeur des ténèbres

Un marin anglais, Marlow, raconte en attendant la marée sur la Tamise sa remontée d’un fleuve africain en quête d’un certain Kurtz, agent de la Compagnie. Chaque boucle du fleuve éloigne Marlow de la civilisation et le plonge dans les ténèbres de l’âme humaine. Je devais avoir vraiment besoin de vacances car j’ai trouvé cette brève histoire difficile à lire. Bon, maintenant, je pourrais dire que je l’ai lue la nouvelle qui a inspiré Apocalypse now.

Un avant-poste du progrès

Deux européens, considérés par leur patron comme des incapables, prennent la direction d’un poste le long d’un fleuve africain. Ils vont devenir dingues. Dénonciation du colonialisme et des guerres tribales. La lecture m’a ramené à l’ambiance du film de Tavernier, Coup de torchon. Bien plus facile à lire que la nouvelle précédente. Bon, maintenant que je suis reposé, je peux m’attaquer à plus gros.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Le Caire confidentiel, de Tarik Saleh, tarif de groupe

Le Caire janvier 2011, quelques jours avant le début de la révolution égyptienne. Noureddine Mostafa est un officier de police à la mode cairote : c’est un ripoux qui rackette commerçants et trafiquants. Il est sombre, taciturne, atteint, en deuil. Une jeune femme est assassinée au Hilton. Son oncle, Kammal Mostafa, qui dirige le commissariat où travaille Noureddine, l’envoie sur l’affaire. Début de l’histoire. Alors que la révolte gronde, Noureddine va rencontrer bien plus ripoux que lui. Et quelque chose du sens du mot dignité.

J’ai beaucoup aimé cette histoire que l’on suit au plus près du héros. On n’en sait pas plus ou pas tellement plus que lui. On découvre les rapports de forces, la corruption, et la violence qui sont le quotidien de la police et de l’appareil sécuritaire. On découvre aussi la ville, violente, peuplée, sale. Je ne suis pas sûr d’en avoir bien compris l’intrigue mais on s’en fiche.

Fares Fares, Hania Amar et Mari Malek ont une grande profondeur, et une humanité à fleur de peau, interprétant des personnages chez qui la dissimulation est la condition de la survie. Au delà, pas un seul acteur qui soit en dessous, pas à la hauteur.

Le Caire confidentiel, un grand film. A voir, pour les amateurs de policiers ou de films noirs. Et pas seulement. Et aussi pour apprendre l’étymologie du mot flouze. Le flouze. Le flouze qui corrompt, qui gangrène, qui tue, là-bas, et ici aussi sans doute.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

La planète des singes • Suprématie, de Matt Reeves, Moïse

César et sa horde vivent dans la forêt. Ils sont pourchassés par des militaires fanatisés avec à leur tête un certain colonel. César voudrait la paix; il aura la haine. Mais qui règnera sur la planète ?

Le deuxième opus était médiocre, le troisième sauve la trilogie. Les singes sont définitivement de bien meilleurs acteurs que les humains, surtout quand on leur donne une histoire digne de ce nom dont ils sont les héros. C’est ça l’intérêt du film, avoir fait des singes les personnages centraux, et des humains des antiprotagonistes nécessaires mais de second plan.

J’ai trouvé Woody Harrelson peu crédible dans son rôle de méchant psychopathe. C’est pas faute d’essayer mais quand ça veut pas, ça veut pas. Dans le fond, Woody est bien trop gentil.

J’ai trouvé aussi que parler d’affrontement final, de suprématie planétaire, alors que les protagonistes sont de chaque côté quelques dizaines, ça manquait de crédibilité.

Voilà, c’est distrayant, il y a même un personnage qui est là pour faire rire la salle. Et à la fin, quelque chose de biblique. Qui fait écho aux séquences concentrationnaires ? Je ne sais pas, je ne suis pas critique.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather