Ben&Gus, work in progress

L’été dernier, avec Luc, las des ateliers de théâtre amateur, nous avions décidé de monter une pièce tous les deux. La fin de l’année arrivant, nous avons eu une proposition de montrer où nous en étions de notre travail aux collègues de Luc. Une proposition que nous ne pouvions pas refuser : nous rassemblons quelques éléments de décors dans la cafeteria, les filages s’enchaînent tous les soirs, et nous jouons le 21 juillet pendant la pause déjeuner.

Dans cette pièce il y a un clown blanc, nommé Ben, c’est moi, et un Auguste, qui s’appelle Gus, c’est Luc. Ils attendent un client. Qui peut arriver n’importe quand. Pour faire un travail. Quel travail ?

Ben, c’est, je trouve, un rôle très difficile, même si je dis ça un peu pour accroître mes mérites. Ben a peu de texte. Il passe son temps à lire son journal perché sur sa chaise. Il cherche à repousser les assauts de curiosité d’un Gus à la logorrhée angoissée et angoissante. Dès la première seconde de jeu, Ben est au bout du rouleau, et pourtant il faut aller crescendo. Faire exister un Ben immobile face à un Gus virevoltant et bavard. Faire vivre son personnage avec peu de choses, avec tout ce qu’on a en magasin. Des regards, échangés, fixes, perdus. L’inclinaison de la tête, la manière de tourner une page, la manière de lire ou ne pas lire le journal, la dureté croissante de la voix, la crispation d’une main, du corps. M’avait-on vu, me suis-je demandé, quelques instants égaré dans un doute inapproprié et improductif.

Bon, nous ne nous sommes pas trop trompés, et nous avons beaucoup inventé de jeu lors de cette première livraison. Notre travail a plu à ce public cultivé, plutôt abonné à Télérama qu’au Sun. Un travail qui maintenant aurait bien besoin d’un oeil extérieur pour progresser. Et puis il y a quelques problèmes d’accessoires à régler pour pouvoir donner tout le texte.

Prochain objectif, régler ces questions artistiques et logistiques, aller roder les choses ici et là, en jouant chez des amis, maigrir un peu, avant, peut-être, d’officialiser la démarche. Rendez-vous fin août début septembre.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

3 réflexions au sujet de « Ben&Gus, work in progress »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *