Archives de catégorie : Vidéos&Pubs

Heuristique de disponibilité, de Stanislas Leloup, possible

Les vidéos de marketing ou de vente pullulent sur le web, avec beaucoup de gens qui, de vidéos en webinar, parlent souvent pour ne rien dire, parfois pendant des heures.

Stanislas Leloup est au dessus de la mêlée. Avec une utilisation amusante de films, de séries, etc. Voir sa chaîne Youtube Marketing Mania. Comment gagne-t-il sa vie ? Parce qu’une fraction des gens qui visionnent ses vidéos fait appel à lui pour des interventions pour des projets, pour leur entreprise, etc.

Cette vidéo Comment j’ai changé de vie est doublement intéressante :

+ en raison de son sujet, le biais cognitif appelé l’heuristique de disponibilité, lequel concept me semble très important pour un créateur ou un éducateur. Il faut le connaître pour ne plus en être victime. (ou faire des victimes avec).

+ elle est l’application pratique par Stanislas de son analyse du storytelling des présentations TED, références dans le domaine. Il existe une deuxième vidéo dans laquelle il explique comment il crée la première.

Morale de l’histoire : cherchez des exemples de gens qui font ce que vous avez envie de faire, étudiez les, vous allez tromper votre cerveau, et ce qui était impossible vous semblera possible. Transmettez ce conseil. C’est comme la vaccination, plus il y a de gens vaccinés, moins il y a de transmission. Plus de gens connaitront ce biais, moins il sévira.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

SCAM, soirée Tendances 2017, roboratif

A la SCAM, ce mercredi 10 mai, soirée Tendances 2017 des films institutionnels et muséographiques : quelques impressions.
11 films ont été sélectionnés. Sauf pour 3 d’entre eux, on n’en verra que des extraits. Donc, ce soir là, pas toujours facile de juger de la pertinence d’un propos, d’un scénario, d’une construction. Toutefois, …
J’ai beaucoup aimé :
Ensemble ! de Güldem Durmaz et Stéphane Malandrin (le programme détaillé dans le lien ci-dessous) Un film projeté dans un cube sur 5 des faces (10×10 mètres) . Ce soir, on a une image en croix, le cube étant déplié. C’est intéressant cette juxtaposition d’images carrées. « Effets miroir, inversions, compléments, ça nous a ouvert un champ d’expérimentations formelles » disent les auteurs. Aux spectateurs aussi je suppose.
J’ai été frappé par :
Eugène et Alexandre, l’un pour l’autre (Philippe Boig), Un temps pour danser (Alessandra Celesia) et par Habiter, Libres (Sébastien Jousse). Cinéma d’un réel qui demande du temps si on n’est pas rétif à l’imprégnation. Cinéma des fragilités et de la force d’âme.
J’aurais voulu voir en entier :
La mauvaise petite voix (Cédric Havenith) et A la lumière (Franck Littot) pour satisfaire ma curiosité et mon appétit.
J’ai apprécié :
Total anti-fraudulous campus (Aymeric Colletta, Mathieu Dupont et Pauline Rémond), la compliance par l’humour, assez décapant, en stop-motion.  Astuce :   45 plans tournés en 3 jours permettront de monter 4 films.
M’a laissé un peu perplexe :
Par où commencer  (de Justine Emard), compilation créative de fragments d’oeuvres des pensionnaires de la Villa Médicis, par une artiste plasticienne peu embarrassée de conventions cinématographiques, et dont la créativité a tapé dans l’oeil du jury, qui lui décernera le prix de L’oeuvre institutionnelle ou muséographique de l’année.
J’ai bien aimé aussi la bienveillance des membres du jury présentant les oeuvres.

A l’année prochaine ?

http://www.scam.fr/detail/ArticleId/4980/Soiree-Tendances-2017

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Lala, d’Yves Chauvel, éloge de la lenteur

Lala chuchote en japonais des choses que je ne comprends pas. Elle fixe la caméra. S’intercalent des plans d’eaux, calmes. C’est un poème cinématographique d’Yves Chauvel. C’est lent et plein d’énergie, et plein de lumière. L’objectif d’Yves ? S’amuser de ses objectifs je parie. A voir.

PS : J’apprends que Lala est une chinoise de Pékin et que dans le japonais susurré se sont glissés quelques mots d’italien.

Art of Patron, de Mark Kudsi, de la VR bien faite !

Dans un champ d’agaves, le spectateur est invité à suivre une petite abeille. Bientôt une voix off nous explique que la Tequila c’est d’abord une histoire d’amour … et un travelling avant va nous faire parcourir le procédé de fabrication, du champ à la table où elle est dégustée.

Un travelling avant ? Oui en mais en « réalité virtuelle », c’est à dire en « prises de vues sphériques ». Le regard peut continuellement se porter vers l’avant, dans le sens du mouvement, ou alors se tourner d’un côté ou de l’autre, voire vers l’arrière, et rester quand même dans l’action.

Drone, images de synthèse, raccords lumineux et son binaural au programme. Bel exemple de ce que l’on peut faire avec le procédé.

Pour voir le making off :

Merci à Michel, Fabrice et Boris de me l’avoir fait découvrir.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Clip OK Go, de Trish Sie, c’est quand c’est simple que c’est bon

Je découvre le clip de la chanson Skyscrapers d’ OK Go . Je découvre les deux en fait ! Une idée simple, une idée jolie, pas si facile que ça à filmer. C’est ça que j’aime le plus. Quand ça parait simple, que c’est joli, que c’est harmonieux, que c’est quand même surprenant et prenant. Réalisé par Trish Sie, chorégraphe et réalisatrice, douée pour la viralité m’apprend sa fiche Wikipédia.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Lipstick, de Stéphane Crouzet, réussite !

De Stéphane Crouzet, je connaissais les talents graphiques de « motion artist », et la qualité humaine. Début 2015, en voyant son film de voeux, je m’étais dit qu’il avait envie d’autre chose, ou de quelque chose en plus, en prenant une caméra, en sortant, et en délaissant partiellement son ordinateur.

Début 2016, c’est chose faite avec Lipstick, son premier court-métrage. Une femme devant un miroir. Elle se met du rouge à lèvres. Une voix-off nous dit qu’elle se souvient de quelque chose. Mais de quoi ?

C’est prenant. Très joliment filmé. Très bien fait. Très beau travail aussi de Louis Boulloche à la musique. Stéphane Crouzet s’est ouvert de nouvelles voies pour créer, pour raconter, pour émouvoir, je suis preneur à fond, bravo !

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

5 mètres 80 et bien d’autres choses, de Nicolas Deveaux, poétique 3D

Girafe deveaux

Nicolas Deveaux, on le connaît avant de le connaître, c’est à dire qu’on voit ses oeuvres avant un jour de découvrir qu’il est aux commandes. Artiste 3D, réalisateur, visiblement fou d’animaux, il commence en 2003 avec 7tonnes2. Rend récemment public un conte de Noël pour Cartier qui explique d’où viennent les cadeaux au pied du sapin. Ah, si seulement ! Tous (presque ?) ses films produits par Cube Creative, un producteur et studio d’animation 2D/3D qui poursuit le projet de toujours de ses fondateurs, être créatif et haut de gamme. 5mètres80, c’est une histoire de girafes à la piscine, librement inspirée de cette vidéo indique Nicolas Deveaux.

Ce qui charme dans le travail de Nicolas Deveaux, c’est sa faculté à rassembler en quelques instants une histoire, un spectacle étonnant et une vision poétique du monde. C’est le propre du cinéma réussi pourra-t-on dire, mais encore faut-il vouloir et savoir tendre les ressorts. A voir, à suivre.

 

 

 

Hell’s Club new mashup d’AMDS Films, démonstration

Hell’s club, c’est du mash-up, c’est à dire un montage à partir de sources diverses provenant en général de films de long-métrages connus.

Ici l’action se passe dans un club, le Hell’s club. C’est hyper bien fait, image, couleurs, trucages, son et musique. Une démonstration de savoir-faire en terme de montage et de narration.

L’auteur se nomme Antonio Maria Da Silva. A suivre sur son Vimeo ou Youtube.

Merci à Eric Scherer pour me l’avoir fait découvrir.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather