Dalton Trumbo, de Jay Roach, brillant

Dalton_Trumbo

Dalton Trumbo est un des meilleurs scénaristes d’Hollywood. Ancien correspondant de guerre, il est aussi communiste. Après la seconde guerre mondiale, alors que s’installe la guerre froide, des membres du Congrès américain font la chasse aux communistes, et à tous ceux soupçonnés dès lors de mener des activités anti-américaines. Ils sont sommés de dénoncer leurs camarades. Trumbo ne cède pas et est emprisonné. A sa sortie de prison, alors qu’a été constituée une liste noire, notamment sous l’égide de personnalités du cinéma comme John Wayne, Trumbo ne peut plus travailler que sous des noms d’emprunt. Justice lui sera-t-elle rendue ?

Quand on a vu Johnny got his gun, Spartacus ou Exodus, trois films parmi les plus connus écrits par Trumbo, on a envie de voir Dalton Trumbo. Et ce Dalton Trumbo, c’est l’art du biopic dans lequel le cinéma américain excelle, parce que les scénaristes de ces biopics savent toujours mener de conserve les différents niveaux de récit, et savent toujours où ils vont. Ce Dalton Trumbo, c‘est aussi une invitation à rester vigilant quand nos gouvernements et politiciens à court d’idées, de visions, de projets et de courage agitent peurs et frayeurs pour tenter d’empêcher leur barque de sombrer.

Bryan Cranston très bon. Helen Mirren odieusement méchante. A voir.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *