Don’t call my name, de Raphaël Gualazzi, splendide

Un grand merci à Louis Boulloche, musicien, compositeur pour l’image et ingénieur du son, qui m’a fait découvrir Raphaël Gualazzi au moment où je travaillais sur le film B4Ballerinas. Du jazz, du piano, une voix envoutante. Le fils caché de Paolo Conte, d’Higelin et d’Elton John. Depuis, j’ai acheté tous ses disques et l’ai vu en concert. Bien sûr, Sophie H. connaissait déjà. A suivre. Don’t you ever call my name …

Et puis, écoute ça aussi si tu n’es pas convaincu :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.