Homeland, saison 7, failles

On avait laissé Carrie trahie par la nouvelle présidente et son chef de cabinet, Saul et Dar en prison,  Quinn au cimetière.

La saison 7, c’est la suite, qui dépeint une intervention russe dans la politique américaine visant à saboter la présidence qui démarre.

C’est tellement d’actualité que ça fait peur. On aurait du passer la série aux américains avant l’élection de Trump. L’avenir nous dira s’il est juste un idiot utile ou un véritable asset des russes comme beaucoup le disent. Quoi qu’il en soit, on a déjà beaucoup perdu.

Carrie Mathison va résoudre au moins un de ses déchirants problèmes : élever une enfant ou sauver son pays. Plus d’actions que dans la saison 6, plus de scènes d’espionnage, plus d’interrogatoires intéressants aussi. Des personnages qui s’approfondissent comme Max et l’horrible Bret O’Keefe. Un dénouement à message à l’attention des citoyens US mais qui peut nous intéresser aussi ici. Une série qui nous en dit long sur nos failles, et sur la facilité qu’il y a à les exploiter, à les agrandir, à y verser du fiel.

Vivement la saison 8 avec le retour, il faut l’espérer, de Dar qui ici ne fait qu’une apparition.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.