Kaili Blues, de Bi GAN, écoute le ciel quand il te cause

Kaili_Blues

Je vois arriver Kaili Blues couvert d’éloges dans le fil Facebook d’Eric. Je décide d’aller le voir. Deux semaines plus tard, samedi matin, après une mauvaise nuit, séance repérée aux Halles à 11h20. Je fonce sous la douche. 10h40, j’arrive devant la station du RER, un train s’éloigne. Et dans ma poche, pas de pass Navigo, oublié à la maison ! Prochain train, 15 minutes plus tard, juste à temps peut-être pour ne pas louper le début de la séance. Que faire ? Y aller plus tard ? Un autre jour ? Non ! renoncer, ça sentirait la loose. Et quand on n’a pas de tête, on a des jambes. Je remonte chez moi d’un bon pas et je reviens en vitesse, et cours pour attraper le RER, sourd au message que le Ciel m’avait envoyé.

UGC Ciné Cité Les Halles. 7,20 euros quand même. Salle 35. Au bout d’une demi heure, je me rends compte que j’ai un peu de mal à saisir la situation. La fatigue m’envahit brusquement. Quand je reviens, début du grand plan séquence dont on parle. Soit plus de 40 minutes filmées avec une petite caméra 4K montée sur un Gimball quelconque, ou alors même avec un Osmo. On est dans un petit village, un peu bizarre, rural. On passe d’un habitant à l’autre. C’est pas inintéressant, un peu absurde, et un peu gâché quand même par les micros HF pas très bien dissimulés. Bon, arrive la fin du plan séquence et là, patatras ! Le héros a changé de chemise d’un plan à l’autre alors qu’il me semblait qu’on était dans la continuité de l’action. Et je me rends compte, navré, que quelque chose m’a vraiment échappé dans cette histoire, la faute peut-être à mon assoupissement. Très jolie idée dans le plan de fin.

Bon, je prends le métro pour rentrer. Arrivé à Denfert, je me rends compte que j’ai oublié mon écharpe dans la salle 35 de l’UGC Ciné Cité Les Halles. Je n’avais pas écouté le message envoyé le matin par le Ciel, et maintenant, il achevait de me punir pour mon orgueil et mon manque de superstition.

A voir ? Je ne peux pas vous dire.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

 

Une réflexion au sujet de « Kaili Blues, de Bi GAN, écoute le ciel quand il te cause »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *