La femme en vert, d’Arnaldur Indridason, du vert, du noir, de l’espoir

la femme en vert

Jour après jour, je poursuis la mise au net de ma table de nuit où se sont entassés, année après année, des livres de toutes sortes. La femme en vert, c’est un roman policier qui se déroule en Islande. Deux, trois, quatre histoires se racontent et se découvrent de manière parallèle. Tout ça parce qu’un os humain a été découvert sur un chantier par un enfant. C’est un livre sur le désespoir, sur l’enfance maltraitée, sur la destruction du corps et de l’âme des femmes battues. C’est un livre sur le courage et sur les blessures de l’enfance. C’est aussi un livre qui dit qu’au bout de la noirceur il y a les mots, et malgré tout l’espoir d’une rédemption. Qui m’avait offert ce livre ?

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.