Le voleur de bicyclette, de Vittorio de Sica

voleur

Grand classique du cinéma, italien et mondial. Mais le découvrant 67 ans plus tard, qu’est ce qui fait chef d’oeuvre se demande Antoine. L’histoire sans gras, sans invraisemblance, toute tendue vers son dénouement. La justesse des comédiens, tous amateurs. La façon de filmer qui rend tout beau, clair et limpide. L’histoire, se déroulant dans une Italie d’après-guerre dévastée économiquement, facilement transposable à la France d’aujourd’hui : chômage massif, sentiment d’abandon et de déclassement, délinquance de territoire, indifférence et impuissance, bonne conscience des nantis, solidarité des plus démunis, …. Bon, j’arrête. A découvrir ou à revoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *