L’hermine, de Christian Vincent, contre la toux

hermine_affiche

Dans L’hermine, Michel Racine a beaucoup de soucis. Il a la grippe. Sa femme l’a mis dehors. Il s’apprête à présider en assises le procès d’un infanticide. Ses collègues médisent. Les journalistes le décrivent comme un juge impitoyable. Et parmi les jurés se trouve une femme qu’il a jadis rencontrée ( et qui lui fait de l’effet) . Ca fait beaucoup pour un seul homme.

L’intérêt du film vient de la description de la mécanique de la cour d’assises, de la qualité de jeu des seconds rôles, aussi justes qu’inconnus, et du plaisir qu’on a à voir Sidse Babett Knudsen, belle et lumineuse, et aussi le grand Fabrice Luchini. Lequel n’est pas aussi impitoyable qu’annoncé.

Bon j’ai trouvé que ce film manquait de ressort.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *