Libérez votre cerveau !, d’Idriss Aberkane, enrichissant

liberezvotrecerveau

Dans Libérez votre cerveau !, Idriss Aberkane explique comment notre cerveau fonctionne. Convenablement utilisé et entraîné, il peut nous permettre de réaliser des prodiges de mémorisation, de calcul, de développement de compétences artistiques, manuelles, techniques, …. Idriss Aberkane explique que, comme la main, le cerveau a un empan (la distance de l’extrémité du pouce à celle du petit doigt) lui permettant de bien saisir – ou pas, ou moins – les idées, les sentiments,…. Il montre aussi que notre cerveau a aussi besoin d’hygiène, d’entretien, de repos, d’exercice. Cette approche du cerveau, c’est ce qu’il appelle la neuroergonomie.

Le contre-exemple parfait et majeur pour lui, c’est l’école en France. Qui fait tout le contraire de ce qui serait bon pour notre cerveau, et donc bon pour l’apprentissage, l’acquisition des connaissances, le développement des idées et des techniques, etc. C’est un réquisitoire accablant. L’analogie entre l’école et un restaurant infernal où l’addition serait basée sur ce qu’on n’a pas mangé est édifiante. Ce constat de la faillite des méthodes de l’école industrielle en France n’est pas nouveau, mais il est d’autant plus cruel qu’il se base sur l’étude du moteur et du lieu d’élaboration des idées, du savoir, de la connaissance : le cerveau.

C’est ce qui m’a le plus frappé dans ce ce livre. L’école. Qui n’a pas été marqué par l’école ? Qui ne connaît pas autour de soi quelqu’un dont les souvenirs d’école lui font monter les larmes aux yeux, même devenu adulte, père, mère ? Autant de témoignages de cerveaux maltraités, bousculés, méprisés, rabaissés, gâchés. Liberté, égalité, fraternité au fronton. Abus de pouvoir, mépris, ennui dans les faits.

Ce n’est pas le premier ouvrage qui décrit les carences de notre système scolaire. Mais en en s’intéressant au rapport du système avec le cerveau, Idriss Aberkane va au fond des choses. Ses arguments ne sont ni sociologiques, ni politiques, ni idéologiques, ni économiques. Ils sont scientifiques.

Bon, pourquoi les choses ne bougent-elles pas ? Pourquoi notre société accepte-t-elle encore et toujours d’avoir une école qui manque autant à sa mission ? Une école centrifugeuse qui éjecte les plus faiblement accrochés, une école qui conforte les inégalités sociales, qui manque à l’apprentissage des compétences de base, qui chaque année laisse des enfants sur le carreau par milliers, qui gave au lieu de donner envie. Une école où les enfants de profs réussissent beaucoup mieux que les autres, et où certains profs arrondissent leurs fins de mois avec des cours particuliers. Moi, quand je fais une erreur dans mon boulot, je ne demande pas à mon client de me payer pour la réparer ! Certains profs oui. Trop chouette ! Parfois, j’aimerais bien pouvoir faire pareil. Ce serait tout bénéf.

Ne pas être capables d’imaginer et de mettre en œuvre des solutions, c’est ce qui arrive à notre cerveau après des années « d’impuissance apprise », un autre concept expliqué dans le livre. La solution est sans doute en partie là, ou commence là. Sortir de cette impuissance apprise. Et parallèlement aider le cerveau de nos enfants à résister au gavage de l’école. Ne jamais encourager le conformisme : « à force de vouloir rentrer dans le moule, tu finiras par ressembler à une tarte ». Les aider à renverser le rapport de situation entre l’école et eux. Les soutenir quand l’école veut leur donner double dose de ses plats indigestes. Leur dire qu’ils finiront par rencontrer des diamants, ces profs passionnés et passionnants qui leur ouvriront des univers, en dépit du contexte. Leur faire voir Le cercle des poètes disparus. Voilà, l’école en ce moment ça me rend un peu véner. Ah bon, Antoine ?

Il n’y a pas que l’école dans le livre. Vous y trouverez bien d’autres réflexions enrichissantes sur les relations entre notre monde, nos activités, et le fonctionnement de notre cerveau.

Qu’ai-je fait concrètement après avoir refermé Libérez votre cerveau ! ? J’ai acheté à mon fils la console qu’il demandait. Je ne considère plus que jeux vidéos et performances scolaires sont antinomiques.

Que vais-je faire maintenant grâce à cette lecture ? Je vais, un m’intéresser aux relations entre géopolitique et neuroergonomie, deux apprendre des techniques de mémorisation spatiale qui me seront bien utiles pour le théâtre, trois essayer d’apprendre à méditer : la méditation c’est très bon pour notre cerveau dit Idriss. Bonne lecture.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

 

 

Une réflexion au sujet de « Libérez votre cerveau !, d’Idriss Aberkane, enrichissant »

  1. Ping : Hugo et les secrets de la mémoire, d’Anne-Marie Gaignard, utile et facile | Choses vues, lues ou écoutées à partager, par Antoine Jézéquel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *