Lucien Clergue, les premiers albums, au Grand Palais, lumineux

clergue

Dimanche il faisait beau. La lumière appelant la lumière, nous sommes allés voir l’exposition Clergue au Grand Palais, sur le conseil de Luc. Elle retrace la naissance de Lucien Clergue en tant qu’artiste avec des tirages extraits de ses premiers albums, ses premières séries, son travail sur la « Camargue secrète », les taureaux, les gitans, le « Langage des sables »,…. Son film Le drame du taureau est présenté, ainsi qu’une très intéressante interview de son ami  Jean-Maurice Rouquette, conservateur du Musée Réattu en Arles.

Je ne connaissais Lucien Clergue que de nom, surtout en relation avec les Rencontres photographiques d’Arles, et très mal voire pas du tout son travail. J’ai été saisi par l’alignement des photos camarguaises dont ont ne sait plus s’il s’agit de photos, de dessins, d’estampes ou de peintures. J’ai été fasciné par les photos extraites de Langage des sables, où dans un détail s’ouvrent un univers, un portrait, un paysage. J’ai aimé entendre définir ce qui fait la différence entre un photographe et un artiste : la série. J’en suis sorti plein d’espoir, plein d’envies créatrices.

A voir, jusqu’au 15 février, dépêchez-vous !

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *