Occupied, saison 2, page turner

Occupied de retour sur Arte ! J’ai découvert ça fortuitement en zappant comme un zombie ! La diffusion en était à l’épisode 5 ! Arghhh ! Mais là, merveilleuse surprise, on peut regarder tous les épisodes de la saison 2 sur le site d’Arte, disponibles jusqu’à la mi mars (2018). Arte, chaîne merveilleuse.

Donc, deux ans après la prise de contrôle de l’industrie du Oil & Gas norvégienne par les russes, avec la bénédiction et même commanditée par une Union Européenne affamée d’énergie, les russes sont toujours en Norvège où ils n’auraient du rester que 6 mois. Et la plupart des Norvégiens n’aiment pas ça.

Alors que Jesper Berg (Henrik Mestad), l’ancien premier ministre norvégien réfugié en Suède est sur le point de reprendre le pouvoir, le Parlement nomme au poste son ancienne chef de cabinet et amante, l’encore jeune Anita Rygg (Janne Heltberg). Une priorité pour elle, que le sang ne coule pas, alors que sa principale interlocutrice est la redoutable ambassadrice russe, Irina Sidorova (Ingeborga Dapknaite), et que si la sécurité intérieure collabore, d’autres aident la résistance.

C’est vraiment passionnant et réussi. Réussi surtout parce que c’est subtil, et absolument pas manichéen. C’est très fort parce que toutes les scènes ou presque sont des duels. Parce que le comportement de tous les personnages est questionnable. Parce qu’ils se salissent les mains, ou trahissent leur idéal, ou sont fidèles à eux mêmes en dépit de tout, ou font semblant de l’être. Trois beaux personnages : l’ambassadrice russe, Bente (Ane Dahl Torp) qui a vendu son restaurant pour acheter un hôtel de luxe fréquenté par des Russes et aussi le commissaire européen ( Hippolyte Girardot) qui se dévoilera en nous parlant de Marius Trésor. D’autres personnages très présents, les pays : la Russie, la Norvège, la Finlande, la Pologne et même la France.

Une petite interrogation. On passe sans arrêt d’un lieu à un un autre, d’un pays à l’autre, et chaque fois un court titre nous  l’indique. Il me semble que l’intensité de ce découpage est juste à la limite de ce que moi je pouvais supporter, avant de réclamer de pouvoir suivre plus longtemps tel ou tel personnage.

A la fin de la saison 2, qui semble bien dénouer l’histoire, je me suis demandé si j’étais plutôt une Anita Rygg ou un Jesper Berg. Bonne question. Vous qui me connaissez, vous en pensez quoi ? Et vous, de quel côté auriez-vous été ? Quoi qu’il en soit, merci aux créateurs de la série et aux scénaristes de nous interroger. A voir, à voir.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.