Petites leçons sur le grec ancien, de Monique Trédé et Jacqueline de Romilly, vivifiant

Petiteslecons

Petites leçons sur le grec ancien. En 150 pages, Jacqueline de Romilly et Monique Trédé expliquent la beauté et la vitalité du grec ancien. Plasticité du grec. Concision. Capacité à substantiver dans tous les sens ce qui en fait un outil parfait pour le raisonnement et l’abstraction. Description des sentiments humains par leurs effets physiques. Invention de la comédie, de la tragédie,…. Capacité à forger de nouveaux mots par agrégation, par ajout de préfixes, de suffixes, ce qui permet de donner toujours plus de précision à l’expression des idées, des choses, des sentiments. Force des évocations….

Ce qui m’a le plus frappé, c’est la modernité du grec ancien, par la souplesse de sa syntaxe et par sa capacité à inventer. C’est aussi de voir que le grec ancien est toujours vivant dans le français qui, comme son ancêtre, continue à fabriquer des mots de la même manière.

Le livre se veut d’un abord facile, c’est assez vrai, sauf pour quelques chapitres qui demandent une concentration certaine. C’est le livre que j’aurais du lire dans les années 70 quand au lycée j’ai choisi de faire du grec ancien (et aussi du latin). Ca m’aurait rendu moins bête, plus curieux et plus assidu. Mais il a été publié en 2008 ! Trop tard ! Depuis combien d’années n’avais-je pas entendu parler de l’aoriste, du neutre, du moyen, … ? Aurais-je imaginé qu’un jour ça me ferait autant plaisir ?

Petites leçons sur le grec ancien, c’est le livre que devraient lire tous les apprentis scientifiques, techniciens, ingénieurs, médecins, … ça en dit tellement sur les mots de leurs professions.

C’est le livre qu’on devrait lire et commenter avec flamme au collège, en français, en histoire, en maths. Ca en dit tellement sur notre propre langue, et notre civilisation. Le grec ancien, outil d’émancipation et d’élévation de l’âme plutôt que manière hypocrite de discriminer les élèves ? C’est peut-être ce livre qu’auraient du lire les détracteurs de l’enseignement du grec ancien, ceux qui le soutiennent pour de mauvaises raisons, et aussi ceux qui n’avaient pas d’avis.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *