Archives par étiquette : enfance

Même les politiques ont un père, d’Emilie Lanez, en aura-t-on plus un jour ?

memelespolitiques

Dans Même les politiques ont un père, Emilie Lanez raconte les pères – et aussi les mères – de quelques uns de nos hommes et femmes politiques. Elle y cherche une explication de leur engagement politique. Ca se lit facilement, c’est intéressant, on apprend des choses.

Exemple avec Sarkozy qui dit-il “n’a manqué de rien sauf d’un père”. Elle raconte que non seulement son père – le dénommé Pal – est absent, ne reconnaît aucun mérite à son fils, mais qu’il l’accable ouvertement de son mépris pour sa taille, ses déboires conjugaux, ses échecs politiques, …. D’où l’engagement politique de Sarkozy et sa quête éperdue d’une reconnaissance.

Mais pourquoi Emilie Lanez ne va-t-elle pas plus loin ?

Pourquoi n’enfonce-elle pas le clou en mettant en lumière certains aspects psychopathologiques (immaturité, puérilité, absence de limites, toute-puissance, irrésolution, forclusion du nom du père pour dire des gros mots que l’on ne comprend pas bien,…)  de certains de nos politiques ? Psychopathologies qui semblent dériver de leur enfance à bien la lire.

Deux hypothèses :

+ elle trouve que nous laisser combler ce vide est encore plus fort, ou plus amusant, c’est sympa.

+ elle veut en faire un prochain livre. Où elle pourra elle aussi, comme François Bayrou l’avait fait en 2009 dans son livre Abus de pouvoir, citer l’Ecclésiaste : “Malheur à la ville dont le Prince est un enfant”.

Bon, mais que propose Emilie Lanez ? Elle ne propose rien. Elle suggère simplement qu’une bonne introspection, éventuellement éprouvante, aurait pu modifier quelque chose dans la manière d’être un politique pour les quelques personnalités qu’elle a rencontrées. Très bonne idée. Parce que quand les politiques pataugent de trop dans leurs névroses, le pays rampe, les citoyens souffrent. Ou encore pour en revenir à des sources plus fondamentales, quand les parents mangent des raisins verts, les dents des enfants grincent.

 

 

Portugal, de Cyril Pedrosa, très, très beau livre de BD

Portugal portugal-7

Il y a des livres qu’on vous offre et que l’on ouvre bien plus tard. Par hasard ou le moment venu. Quand c’est mûr, quand on est prêt à entendre ou à goûter ce que ces livres ont à vous dire. Un graphiste français part assister à un festival de BD au Portugal. Là il croise l’écho de son enfance. Il va décider de remonter aux origines de sa famille. Il lui manquait quelque chose pour être entier. Pour connaître le vrai désir de vivre.

Récit émouvant et juste, où rien n’est téléphoné. Très beau travail graphique, sur la couleur, les couleurs, du jour et de la nuit, du matin, des sentiments. Très beau travail sur les superpositions. Très beau découpage aussi, d’une telle fluidité qu’on se croirait dans un film. (pas dans tous les films, suivez-mon regard). A lire, et pas que par les amateurs de BD. Je pars à la découverte de l’oeuvre de Pedrosa, c’est décidé !

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather