Archives par étiquette : film à voir

Le grand bain, de Gilles Lellouche, lâcher prise

Bertrand, cadre dépressif, très dépressif, dont un des tiroirs de sa cuisine est rempli de médicaments, se trouve un jour fasciné par une équipe masculine de natation synchronisée observée à la piscine municipale. Il rejoint l’équipe, entraînée par Delphine, une ancienne championne. Quand une équipe sportive se constitue, elle doit se donner un objectif. La suite dans vos salles.

Je suis sorti du film avec le sourire, reconnaissant envers les auteurs du film de ce bon moment, de cette histoire, de ce regard sur leurs personnages.

J’ai eu envie de remercier ces comédiens qui nous font don de leurs corps quelque peu flasques, à rebours des canons de la beauté. De tous, c’est sans doute Philippe Katerine le plus brillant, le plus clown de la bande. On a aussi envie de remercier Benoît Poelvoorde, qui maîtrise le volcan en lui et qui n’écrase pas les autres.  Et Jean-Hugues Anglade, en looser harmonieux et assumé. Et aussi Leïla Bekhti, qui invente une entraîneuse paraplégique que même des légionnaires endurcis pourraient redouter. Enfin, je parie que quelques répliques du film vont devenir cultes. Moi je les utilise déjà, mais je ne dirai pas lesquelles ne voulant pas passer pour un psychopathe.

L’histoire est bien racontée ? Oui. L’histoire est parfaitement racontée ? Non. Il y a des ellipses arrangeantes ? Oui. Certains personnages sont un peu sous-exploités ? Oui. Le passage de relais entre les deux entraîneuses n’est pas très clair ? Oui, il ne l’est pas. Mais on s’en fout. Ce film cadeau-gâteau, je le mange comme il est.

Ce qui m’a particulièrement intéressé, c’est comment le film se construit, à travers la peinture à petites touches de ses personnages, qui tous – ou presque – commencent par s’enfoncer plus ou moins doucement dans leurs difficultés. Et ce plutôt qu’une construction classique, où l’on voit le recrutement de l’équipe dont on connaît dès le départ la mission (Les sept mercenaires, Les douze salopards,…), etc.

Ce qui m’a particulièrement touché, c’est aussi le message du film – moi j’en ai trouvé un – . Pour réussir quelque chose de grand, il faut lâcher prise. Il faut prendre le risque du dénuement. Il ne faut pas se conformer à ce qu’on attend de soi. Il faut être capable de s’abandonner.

Vivement le prochain Lellouche dont je connaissais très mal la carrière et l’œuvre avant de lire pas mal d’articles consacrés à ce film.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Nos batailles, de Guillaume Senez, touchant

Olivier est chef d’équipe dans un immense entrepôt logistique dédié à la VPC. Deux enfants, Elliot et Rose, sa femme Laura. Laura, dont on sent la fragilité, s’en va sans prévenir, sans explications. Olivier, aidé par sa mère puis par sa sœur, doit faire front.

Dans La vie est belle, le héros est d’abord dépassé par les événements, et prend peu à peu conscience de son utilité, de ses responsabilités, de ce qu’il veut vraiment. Nos batailles, c’est un La vie est belle moderne, pas mélodramatique, ancré dans la terrifiante réalité professionnelle et sociale de l’entreprise où travaille Olivier. Une entreprise gérée au quotidien par les RH, les relations humaines, qui sont ici plutôt des RI, des relations inhumaines. Où chaque geste du travail est mesuré, enregistré, analysé, comparé, jaugé. Où l’on dégage toute personne sur qui plane l’ombre d’un doute. Où la moindre demande de bon sens se heurte à un “si t’es pas content tu t’en vas”. Où la fin justifie les moyens. A croire que les managers impitoyables d’aujourd’hui n’ont toujours pas assimilé la leçon des managers impitoyables qui les ont précédés : c’est une mission dont on finit toujours par se faire dégager, une fois le sale boulot fait, ou quand sur soi aussi vient planer l’ombre d’un doute, ou quand le boomerang vous revient en pleine poire.

Mais le plus intéressant, le plus touchant dans le film, ce n’est ni la peinture du boulot d’Olivier (Romain Duris), ni ses tourments intérieurs attisés par la figure syndicaliste paternelle, ce sont ses relations avec ses enfants – archi justes – , avec sa mère  (Dominique Valadié) – archi justes – , et surtout avec sa sœur (Laetitia Dosch) , comédienne, intuitive, qui trouve les mots pour ouvrir l’âme et le cœur d’un Olivier blessé, déboussolé, sous pression. Ce sont les séquences que j’ai préférées dans le film. Va savoir pourquoi. On a tous besoin d’une âme sœur sans doute. Ou d’un ensemble de morceaux d’âmes sœurs.

Voilà, Nos batailles c’est intéressant, c’est solide, c’est touchant.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Les frères Sisters, de Jacques Audiard, North by Northwest

L’histoire commence dans l’Oregon du milieu du 19ème siècle : la conquête de l’ouest est finie, on est maintenant en pleine ruée vers l’or. Deux frères, Eli et Charlie Sisters, deux hommes de main, deux tueurs à gage, adroits, impitoyables, implacables, sont chargés par leur patron, le Commodore, de mettre la main sur Warm, un prospecteur aux trousses duquel a déjà été envoyé pour le ralentir Morris, un détective qui tient un journal, et qui laisse des messages à l’intention des deux frères sur sa route. Morris rattrape Warm. Les frères sont à deux jours de cheval. La suite dans la salle de cinéma la plus proche.

Ce que j’ai aimé :

+ Le personnage d’Eli, en tueur attendri  et attendrissant,  (par John C. Reilly candidat crédible à un Oscar selon moi)

+ Le personnage de Charlie, en petit frère teigneux qui en rajoute dans la dureté, sans que Joaquin Phoenix, le plus connu des 4 acteurs principaux, ne tire toute la couverture à lui

+ Le personnage de Warm, immédiatement sympathique et ouvert, incarné par Riz Ahmed, une énorme présence que je découvre (mais je ne sors pas assez certainement 😉 )

+ Le personnage de Morris, qui va devoir faire un choix ( Jake Gyllenhaal)

+ L’histoire, sans temps mort, sans invraisemblance, pleine de trouvailles

+ Les paysages de ce nord-ouest américain (reconstitué au Canada, en Roumanie ?)

+ La musique (Alexandre Desplat), aux sonorités peu usuelles, uniques, qui façonnent le caractère singulier du film

+ La réalisation qui se fait complètement oublier, signe d’élégance, de justesse et de maîtrise

+ La relation entre les deux frères, à la fois conflictuelle, violente, confiante et tendre

+ L’humour noir qui pointe le bout de son nez de temps en temps, comme un clin d’œil à Eastwood

Ce que j’ai pas aimé :

+ Rien

Dans le Jacques Audiard, tout est bon.

Fleuve noir, d’Erick Zonca, noir de noir

Un ado, Danny, disparaît. Le commandant Visconti enquête. Un voisin l’intrigue. La mère de l’ado le fascine. Et son fils à lui deale du côté de Pigalle. Ca va pas être une enquête facile, et ce d’autant moins que Visconti est au bout du bout du rouleau de sa vie.

Vincent Cassel est stupéfiant, en flic usé, alcoolique, laid, quasi difforme, mais dans lequel la flamme humaine et l’instinct policier ne sont pas tout à fait éteints. Romain Duris ne l’est pas moins en prof apprenti écrivain introverti et allumé. Et Sandrine Kimberlain en mère éplorée, éteinte, qui survit, l’est tout autant. Ils sont tous les trois sortis de leurs sillons. Dans des compositions, des quasi contre emplois. Et le reste de la distribution ne connaît pas de faille.

L’histoire tourne bien. C’est fluide. Comme un fleuve. On sait où on est. Il n’y a rien de superflu, pas de coquetterie de style. Pas de facilité de récit. C’est maîtrisé. Et c’est noir, noir, noir de noir. Comblera les amateurs de polars.

 

Isle of dogs, de Wes Anderson, aventures

L’histoire se passe au Japon. Dans la ville de Megasaki, une épidémie de grippe canine frappe les chiens, lesquels ne cessent d’éternuer, entre autres désagréments. Le maire – descendant d’une lignée qui a des comptes à régler avec la gent canine –  décide de déporter les chiens sur une île voisine qui sert de dépotoir : l’île poubelle. Pour l’exemple, il y envoie son propre chien Spot. Sur l’île, les chiens laissés à eux-mêmes mènent une vie misérable, fouillant les détritus, ressassant leur confort perdu, se battant pour des peaux de banane. Mais, bientôt, arrive sur l’île Atari, le neveu du maire, à la recherche de Spot. Début des aventures.

D’où vient pour moi  le charme du film ?

• De l’anthropomorphisme des chiens, adapté parfaitement à leur condition,

• D’un ensemble d’éléments sous-jacents qui font résonner des inquiétudes et des peurs en nous : épidémie, effondrement d’un système social, pollution, massacre de masse, …. Entre Thanos et permaculture, le destin de l’humanité inspire fortement les artistes.

• Des voix des personnages, humains ou chiens, provenant d’un casting d’élite.

• Du style de l’animation, entre stop-motion et graphisme.

• Des décors japonais dont je ne me lasse pas.

Voilà, suite à une observation de Lucie, jeune fille d’une grande finesse d’esprit, qui s’y connaît en anglais en en plein d’autres choses, j’ai acheté une île anglaise. Je l’ai appelée YOU. Vous me suivez ? Prouvez-le en laissant un commentaire (sans divulgâcher bien sûr).

A voir.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

L’éveil de la permaculture, de Adrien Bellay, perspectives

Soirée-débat au Trianon de Sceaux. Je suis arrivé au dernier moment. La salle était pleine. Un documentaire pour expliquer ce qu’est la permaculture et faire le point sur son développement en France.

Permaculture. Je connaissais le nom. J’avais entendu parler de la ferme du Bec Hellouin en Normandie. Je croyais que la permaculture c’était l’art d’associer des plantes pour plus d’efficacité dans un jardin. On m’aurait demandé, j’aurais dit que mes beaux-parents étaient des permaculteurs qui s’ignoraient et que, vu la tête de nos jardinières sur notre mini-terrasse, nous aussi étions nous aussi à notre échelle microscopique des genres de permaculteurs. Bon, trêve de plaisanterie.

Donc, après quelques minutes de film, mes préjugés volent en éclats et mon ignorance est révélée. La permaculture, c’est une science et un art. Née de l’observation de la nature. La permaculture, c’est surtout le fruit d’un processus de design, c’est à dire d’analyse de l’existant, du terrain, de son évolution dans le temps, des besoins d’une communauté, de son organisation, etc.

Le chiffre le plus frappant est celui de la comparaison avec l’agriculture intensive : elle consomme 14 calories pour en produire une, contre une calorie en générant 25 pour la permaculture.

En sortant, on se dit quoi ?

Que c’est un peu le même sujet qu’Infinity war, sans effets spéciaux.

Que ça provoque un mélange de révolte, de mélancolie et d’espoir.

Qu’on a envie, non pas d’en savoir plus, mais d’essayer.

Que s’intéressent au sujet non pas (non plus) des bobos new age mais des gens de tous horizons, et de plus en plus des CSP + (médecins, ingénieurs, …), et des professionnels de l’agriculture ( ces derniers ont déjà la terre, l’expérience, et la possibilité de mettre en œuvre rapidement des choses ).

Qu’il faut envoyer un message incitatif à l’agriculture industrielle intensive en soutenant celles et ceux qui produisent la nourriture autrement.

Qu’il ne faut rien attendre, ou pas grand chose, de l’Etat ou des collectivités locales rendues largement impuissantes, par exemple sur des sujets comme les déchets traités par des technostructures hors d’atteinte des citoyens, mais qu’il faut agir à son niveau. Et tout de suite.

Qu’il faut refuser de se trouver en permanence défié par l’égoïsme, la cupidité et la duplicité, devenus des valeurs exemplaires : tu mens, tu trompes, tu voles, tu empoisonnes, tu dissimules, tu manipules, tu épuises, tu fabriques des produits qu’on ne peut pas réparer, tu ruines l’eau, les sols, l’air ? Tes pubs font rêver ? Tes marges explosent ? Tu optimises ta fiscalité pour ne pas participer au financement des infrastructures, des hôpitaux, de la protection de l’environnement, etc. Tu es un héros des temps modernes. Tu questionnes ce comportement ? Tu es au mieux un rêveur, mais plus certainement un ringard. Qui ne veut pas jouer le game, tant pis pour toi. Tu sens la loose. Tu portes malheur.

Voilà, on attend avec impatience en France l’annonce de mise en œuvre de permaculture sur de grandes surfaces agricoles.

A suivre. A voir.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Infinity war, de Joe et Anthony Russo, mélancolie

Thanos a un projet : rétablir l’équilibre dans un univers qui court à sa perte, en raison de la surpopulation et de l’exploitation effrénée des ressources. Thanos est un écolo visionnaire. Pour ce faire, une solution, supprimer la moitié de la population. Thanos est un meurtrier de masse. Pour y arriver en un claquement de doigts, il lui faut réunir les pouvoirs de 5 pierres, dont deux sont sur notre bonne planète Terre. Entrée en scène des Avengers.

Infinity war, c’est un film drôle, un bon film d’action, et aussi un film mélancolique traversé par une habile ambiguïté. Le méchant est très méchant, mais ses motivations, nous les partageons (pas ses solutions). Les gentils sont eux très courageux, mais ils n’opposent rien au constat du méchant, ils ne proposent rien, ils n’en parlent pas.

D’où une position difficile pour moi spectateur : je suis en partie d’accord avec le méchant, et les gentils peinent à me faire adhérer à leur cause. Tout ça et la fin engendrent, me semble-t-il, une forme de mélancolie. Et, après tout, on l’aurait pas un peu mérité, non ? (on = l’espèce humaine)

Bon, sans divulgâcher, j’avais hésité à y aller, cœur d’artichaut que je suis, parce que j’avais lu un article du Figaro spéculant sur la mort de 3 ou 4 personnages au cours de l’histoire, dont mes figures héroïques préférées. Je dois avouer qu’à un moment du film, j’étais au bout de ma vie …. Voilà, Thor et son lapin, très bons ! Et Hulk peut se vexer. Vous savez tout ce qu’il y a à savoir avant d’y aller.

A voir.

PS : Considérations purement théoriques. Ou exercice de maths au baccalauréat 2018 ( ça ferait le buzz ! ). Sachant qu’il y a sur notre planète une grande disparité des empreintes écologiques des populations (voir répartition dans le document joint), la solution de Thanos, à savoir zigouiller au hasard un humain sur deux, permettrait-elle de rétablir la soutenabilité de l’humanité sur la Terre ? Oui ? Non ? Argumentez.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Bob, de Stéphane Crouzet, message

BOB, c’est une allégorie. Une allégorie qui ne se laisse pas faire. Mais sur qui tapons-nous, tous les jours, jusqu’à blesser, gravement, sans s’en rendre compte, avec bonne conscience ? Sur BOB, born in the USA. Sur des groupes, sur des minorités, sur nous-mêmes ? Stéphane Crouzet a des choses à dire, et c’est à nous de les découvrir, de les imaginer. Nous voilà transformés en chassoeuf. Vraie piste, fausse piste, un extrait du discours de Kennedy sur les droits civils de 1963 se glisse dans le film.

BOB, c’est beau et ça parle, c’est donc de l’art. Un art mystérieux, et j’aime suivre le chemin proposé, s’éloignant de la narration explicative, chemin sur lequel Stéphane Crouzet s’est bien entouré : de Louis (that I know) qui propose des choses fortes, de 31dB (that I do not know) qui aime audiblement le travail bien fait, d’une très jolie voix aussi.

Voilà, dans Lipstick, il y avait un personnage. Dans BOB, il y en a deux. Je parie que dans le prochain Crouzet, il y en aura plus. Can’t wait. Bravo.

220418

Chappie, de Neill Blomkamp, variation

Dans un futur proche en Afrique du Sud, la police est débordée. Elle s’équipe d’auxiliaires robots très efficaces pour lutter contre les gangs qui redoublent de violence. Parmi ces robots, le scout #22 qui se prend pain sur pain et qui, DU COUP, est un habitué de la maintenance. Dans l’usine, l’ingénieur Deon, le créateur des scouts, aimerait bien passer à la vitesse supérieure et tester un programme d’intelligence artificielle. Sa patronne s’y refuse. Et un de ses collègues, adepte d’une manière encore plus forte, voudrait lancer un nouveau modèle de robot de combat, terrifiant de puissance. Tout est sous contrôle. Pas pour longtemps.

Chappie, sorti en 2015, et que je découvre sur Netflix, c’est une variation sur le thème de l’intelligence qui vient à la machine. Ici, c’est plus que l’intelligence, c’est la conscience. Plutôt séduisant de voir Chappie – c’est le nom qui sera donné au scout 22 AI-upgraded – tiraillé entre ses différents éducateurs.

Petit à petit, quelque chose de familier est venu me chatouiller. Oui, je reconnaissais quelque chose de la patte d’un réalisateur. Celui de District 9 ? Gagné ! Vérification faite, c’était bien lui. Alors, cette patte, sa patte, de quoi est-elle faite ? Un goût pour l’action violente, pour les effets spéciaux très aboutis, pour les personnages de laissés pour compte qui se reprennent, pour les méchants qui abusent de leur pouvoir, pour le sens du sacrifice des héros. Et aussi pour un style visuel que je ne pourrais définir qu’au prix d’une observation plus attentive.

Dans la distribution, des vedettes : Sigourney Weaver (avec un petit rôle), Hugh Jackman qui pour une fois fait le méchant, et Dev Patel qui fait le héros. Et aussi l’acteur fétiche de Neill Blomkamp : Sharlto Copley qu’on ne voit pas mais qui anime Chappie.

Pas aussi réjouissant que District 9, mais solidement intéressant.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Les heures sombres, de Joe Wright, lumineux

Début mai 1940. L’armée allemande envahit la Hollande, la Belgique puis la France. Le 10 mai Churchill, seul candidat de son camp acceptable par le camp d’en face, est nommé Premier ministre, après la démission de Neville Chamberlain. Il ne voit d’autre issue que la guerre, alors que dans son camp Halifax et Chamberlain prônent l’engagement de pourparlers de paix avec Hitler. 300.000 soldats anglais sont coincés à Dunkerque. Que va décider Churchill ? Qui le soutiendra ?

On connaît la fin de l’histoire. On a déjà vu Le discours d’un roi et Dunkerque. Pourquoi aller voir Les heures sombres ?

Pour Gary Oldman, méconnaissable, si ce n’est par instant son regard, ses yeux pleins d’énergie. Pour en savoir plus sur Churchill, cité par tous en exemple, aujourd’hui presque plus qu’hier. Pour réentendre quelques phrases devenues célèbres : “On ne négocie pas avec un tigre quand on a la tête dans sa gueule !”. Pour voir quelques très belles scènes, comme le coup de téléphone de Churchill à Roosevelt, la visite du roi, et les conseils de sa femme Clémentine. Et aussi pour se demander ce qui fait une nation. De quoi est fait le sentiment d’appartenance à un pays ? Sujet traité, retraité, rabâché par le cinéma américain. Et pas ou peu ici.

A côté de moi deux anglaises. Deux groupies. Elles riaient à une phrase sur deux. J’aurais bien aimé pouvoir faire comme elles !

A voir.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather