Archives par étiquette : Jeremy Renner

Premier contact, de Denis Villeneuve, non linéaire

premier-contact-affiche

Une femme nous parle de sa mémoire, on voit ce qui semble être un souvenir. Elle se rend à son travail. Elle enseigne la linguistique. On apprend alors que des vaisseaux spatiaux viennent d’arriver sur terre. Elle n’est pas n’importe quelle linguiste. Elle est le Dr Louise Banks, la meilleure linguiste du pays. Le gouvernement fait appel à elle pour tenter d’entrer en contact avec les occupants du vaisseau arrivé dans le Montana. C’est le tout début du film.

Premier contact est un film dont la construction narrative coïncide avec le fond de l’histoire. Assez étonnant. Il faudrait sans doute le revoir pour le vérifier et pouvoir réécrire la phrase précédente en étant totalement sûr de soi !

C’est très beau. Ca se démarque de la quasi totalité des représentations du genre et ça n’est pas le moindre de ses attraits. C’est doux même quand c’est inquiétant. C’est très intéressant. C’est quand même un peu plus intellectuel que sensuel ou émouvant. A voir.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

 

Civil war, Anthony et Joe Russo, civil avec un s

captain-america-civil-war

La dernière intervention des Avengers pour empêcher le vol d’un virus mortel fait des victimes collatérales. Scandale. Les Nations-Unies veulent mettre les Avengers sous tutelle. La moitié d’entre eux est pour, dont Iron Man travaillé par une culpabilité ancienne, l’autre contre, dont Captain America pour qui on peut bien en sacrifier quelques uns pour sauver le plus grand nombre. L’un et l’autre n’ont pas la même idée de ce qu’est la responsabilité. Et les Avengers de se désunir, et bientôt s’affronter, alors même que le Soldat de l’hiver fait des siennes. A moins que tout cela ne soit qu’un élément dans une manipulation plus vaste ? Ah ah !

Pourquoi aller voir un Marvel ? Pour se distraire. Pour rire. Et  parce que les problématiques sous-jacentes sont parfois intéressantes. Mais on n’y va pas pour être la proie d’un questionnement dérangeant. Oui, on ne nous l’avait pas dit, mais dans les opus précédents les victimes civiles se comptaient par dizaines, par centaines, par milliers. Mais elles n’étaient pas à l’image. Et je n’y avais pas pensé, zut alors, quel idiot dénué d’empathie, quasi psychopathe, suis-je. Tout à coup, les victimes se trouvent en plein milieu du sujet du film. Civil war, c’est donc aussi la guerre contre les civils. C’est peut être le vrai sens du titre du film. Donc dans les Marvel, il n’y a pas que les méchants ou les gentils qui meurent. Il y a aussi tout un tas de morts qui pèsent pas lourd en pixels. Je ne sais pas si cette idée va me faire apprécier les prochains.

Bonne prestation de l’araignée.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

 

Rogue Nation, de Christopher McQuarrie, contrepied

MISSION-IMPOSSIBLE-ROGUE-NATION-Affiche-USA-4

Au bout de 10 secondes, Rogue Nation nous prend à contrepied, nous fait comprendre en une image que ce nouvel opus de Mission Impossible n’est pas comme les précédents. Effectivement, on va rire et en rire, tout en savourant le mélange d’action spectaculaire et de faux-semblants imbriqués au besoin qui est la marque de fabrique de la maison IMF. A la limite de la parodie par instant. Difficile d’en dire plus sans risquer de gâter le plaisir d’un futur spectateur.

Tous les comédiens très bons. Renner roublard. Cruise dont l’Ethan est délicieusement à la peine. Baldwin qui à force va vraiment finir directeur de la CIA. Et Rebecca Fergusson qui s’impose par son style, son charme, sa fragilité et sa brutalité explosive. A voir.

28 semaines plus tard, de Juan Carlos Fresnadillo, action et zombies

28semainesplustard

Je poursuis mon rattrapage de films pas vus à leur sortie grâce aux promos de …..N avec 28 semaines pus tard. Film sur le thème du virus ravageur, des zombies et de la fin d’un monde.

L’histoire se passe dans une Angleterre dévastée par un virus et où l’armée américaine tente de reconstruire un embryon de société dans un quartier de Londres. Mais le virus a-t-il complètement été éradiqué ? Si la réponse est oui, alors c’est un autre film.

Ce qui fait l’originalité de 28 semaines plus tard, c’est l’histoire familiale qui est au centre : le père qui abandonne sa femme, le frère et la soeur solidaires, … et je n’en dis pas plus. Si on connaît bien Londres, ça doit ajouter au plaisir. Plutôt un film d’action, sanglant, violent, bien joué (Jeremy Renner, Rose Byrne, … ) et spectaculaire par moments. Intéressant, prenant, mais pas le charme et l’humour de Shaun of the dead, ni la profondeur des morts vivants de Romero, ni le grandiose de Je suis une légende (sans parler du Survivant film très angoissant de mon adolescence). Content de l’avoir vu.