Archives par étiquette : Jodie Foster

Money Monster, de Jodie Foster, sur ma faim

money-monster

Je suis allé voir Money Monster pour voir de quel bois se chauffait Jodie Foster, réalisatrice. Je ne savais pas de quoi ça parlait. C’est un thriller télévisuel et financier qui dénonce les turpitudes de la finance, et se moque de l’apathie des foules. Je suis resté sur ma faim. Peu convaincu par les personnages, l’histoire et le point de vue. Tout cela m’a semblé manquer de consistance, d’harmonie, d’ensemble, d’acuité, de méchanceté. Très intéressé par le jeu de Julia Roberts, et peu ou même pas du tout par celui de Clooney qui fait du Clooney et qui a l’air en roue libre. Paradoxalement, ce sont les quelques moments de comédie qui sont les plus réussis.

Petit effort de mémoire, quels sont les films de prise d’otages très réussis qui me viennent à l’esprit : Inside Man (avec Jodie Foster tiens tiens), et surtout le chef d’oeuvre A dog day afternoon. Mais là je vous parle d’un film que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître … au lit papy !

On peut ne pas voir Money Monster comme ils disent.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Elysium, par le réalisateur de …

Elysium

Hélas, hélas. Quand sur l’affiche du film, les producteurs indiquent “par le réalisateur de … “, ils sous-entendent “par ce réalisateur qui a auparavant réalisé le très bon film que nous citons sur l’affiche de ce nouveau film, et bien figurez-vous que nous lui avons donné les moyens de s’exprimer avec deux vedettes américaines, dont l’une s’exprime même en français par instants, des effets spéciaux qui nous ont coûté un bras, etc.” Hélas, hélas, hélas, avec “par le réalisateur de … ” il y a souvent un loup. C’est le cas ici avec Elysium, réalisé par Neill Blomkamp, qui est l’auteur du très bon District 9.

Bon, amusons-nous à repérer les points communs entre les deux films :

+ le mercenaire super méchant d’Elysium c’est le héros de District 9 figurez-vous. Mais comme il porte dans Elysium une barbe aussi noire qu’épaisse, je ne l’ai reconnu qu’après coup. Enfin, oui, un grand merci aux producteurs.

+ dans District 9, il y avait une arme alien qui faisait littéralement exploser les corps. Dans Elysium, il y en a plusieurs du même genre. Ouiiiii ! Un grand merci aux producteurs.

+ dans les deux films, on a une population dominée brutalement par une autre, terriens/aliens égarés dans District 9, elyséens en orbite/terriens sur une terre de désolation dans le film du même réalisateur. Re ouiiiii ! Un grand merci aux producteurs.

+ dans les deux films, on a de jolis plans aériens de bidonvilles et de supers engins volants.  Re-re ouiiiii ! Un grand grand merci aux producteurs.

+ dans District 9, le héros se transforme physiquement, pareil dans Elysium.

A part cela, on a beau aimer Jodie Foster et Matt Damon, lesquels font le boulot sans conviction excessive, on a l’impression de se faire un peu balader par l’histoire qui ne nous touche pas. Ce serait quoi la morale cinématographique : des moyens mesurés rendent plus sincère, plus créatif, plus émouvant ? Va savoir. Quoi qu’il en soit ne le dites pas à mes clients.

Vivement le prochain film du réalisateur de District 9.