Archives par étiquette : Keeley Hawes

Bodyguard, de Jed Mercurio, commence bien, finit mal

David Budd rentre de week-end en train avec ses enfants. Pas de bol, il tombe au beau milieu d’une attaque terroriste, et il parvient à empêcher un massacre. Faut dire qu’il est policier au service de protection des personnalités et doté d’un sang-froid à toute épreuve. Repéré (en bien), il est affecté à la protection de Julia Montague, la jolie Ministre de l’Intérieur, déterminée à faire passer un nouveau projet de loi intitulé RIPA 18, permettant la surveillance de masse des activités numériques. Julia et son projet n’ont pas que des amis.

Les deux premiers épisodes sont très intéressants. David Budd, ancien de l’Afghanistan, aux graves fêlures et cicatrices, borderline de chez borderline, est assez fascinant en garde du corps quasi robotisé, qui scrute, surveille, ne se laisse jamais distraire, et déroule la mécanique de protection de manière implacable. A la fin du deuxième épisode, il y a quelque chose de vénéneux qui s’est construit, de très érotique, et l’on croit que l’on va assister à une variation moderne sur le thème maîtresse et valet, entre internet, violence djihadiste et politique, guerre des polices et complotisme.

Et puis, les choses se dégonflent doucement, à croire que la production a viré le premier scénariste, ou que celui-ci a changé, en mal, le dosage de ses éventuels anti-dépresseurs.

Petit à petit, on n’y comprend plus rien, ou on croit comprendre mais en fait c’est pas ça. David, de plus en plus borderline démontre qu’il a vraiment du sans-froid à revendre, mais alors des tonnes. Arrive le dénouement. Le bien triomphe. Les méchants ne sont pas ceux qu’on croit mais en fait si. La paix et l’amour règnent dans les familles.

Dommage. C’était pourtant bien parti. Faudrait tout reprendre à partir de la fin du deuxième épisode.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather