Archives par étiquette : Marina Foïs

Le grand bain, de Gilles Lellouche, lâcher prise

Bertrand, cadre dépressif, très dépressif, dont un des tiroirs de sa cuisine est rempli de médicaments, se trouve un jour fasciné par une équipe masculine de natation synchronisée observée à la piscine municipale. Il rejoint l’équipe, entraînée par Delphine, une ancienne championne. Quand une équipe sportive se constitue, elle doit se donner un objectif. La suite dans vos salles.

Je suis sorti du film avec le sourire, reconnaissant envers les auteurs du film de ce bon moment, de cette histoire, de ce regard sur leurs personnages.

J’ai eu envie de remercier ces comédiens qui nous font don de leurs corps quelque peu flasques, à rebours des canons de la beauté. De tous, c’est sans doute Philippe Katerine le plus brillant, le plus clown de la bande. On a aussi envie de remercier Benoît Poelvoorde, qui maîtrise le volcan en lui et qui n’écrase pas les autres.  Et Jean-Hugues Anglade, en looser harmonieux et assumé. Et aussi Leïla Bekhti, qui invente une entraîneuse paraplégique que même des légionnaires endurcis pourraient redouter. Enfin, je parie que quelques répliques du film vont devenir cultes. Moi je les utilise déjà, mais je ne dirai pas lesquelles ne voulant pas passer pour un psychopathe.

L’histoire est bien racontée ? Oui. L’histoire est parfaitement racontée ? Non. Il y a des ellipses arrangeantes ? Oui. Certains personnages sont un peu sous-exploités ? Oui. Le passage de relais entre les deux entraîneuses n’est pas très clair ? Oui, il ne l’est pas. Mais on s’en fout. Ce film cadeau-gâteau, je le mange comme il est.

Ce qui m’a particulièrement intéressé, c’est comment le film se construit, à travers la peinture à petites touches de ses personnages, qui tous – ou presque – commencent par s’enfoncer plus ou moins doucement dans leurs difficultés. Et ce plutôt qu’une construction classique, où l’on voit le recrutement de l’équipe dont on connaît dès le départ la mission (Les sept mercenaires, Les douze salopards,…), etc.

Ce qui m’a particulièrement touché, c’est aussi le message du film – moi j’en ai trouvé un – . Pour réussir quelque chose de grand, il faut lâcher prise. Il faut prendre le risque du dénuement. Il ne faut pas se conformer à ce qu’on attend de soi. Il faut être capable de s’abandonner.

Vivement le prochain Lellouche dont je connaissais très mal la carrière et l’œuvre avant de lire pas mal d’articles consacrés à ce film.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Irréprochable, de Sébastien Marnier, captivant

irreprochable

Agent immobilier en rupture de banc, la quarantaine, Constance revient s’occuper de sa mère dans sa ville natale où un poste dans son ancienne agence immobilière vient de se libérer. Elle n’y est pas accueillie à bras ouverts. C’est une jeune et jolie débutante payée à la commission qui a le job. Constance se met à la suivre, ….

A la fin du film, je me demandais toujours à quel moment du récit le personnage campé par Marina Foïs était devenu barge, où si cette folie pré-existait au récit. Je me demandais aussi comment un personnage aussi antipathique (menteuse, manipulatrice, harceleuse, et pire) pouvait ne pas susciter le rejet et celui du film par la même occasion. Peut-être parce que les protagonistes sont en fait encore moins sympathiques qu’elle, sous leurs abords normaux, policés, civilisés. Peut-être aussi parce que le jeu des comédiens – Jérémie Elkaïm, Joséphine Japy, Benjamin Biolay -, et en particulier celui de Marina Foïs, est tellement juste qu’il fait oublier l’idée même de jeu. Un directeur d’acteurs aux commandes. Peut-être enfin parce que c’est bien raconté, sans facilités.

Un seul regret, la dernière image du film que j’ai trouvée démonstrative.

Voilà, découverte de Marina Foïs, actrice irréprochable et musclée. Où l’ai-je déjà vue ? Je ne sais pas.

PS : 2 ans plus tard, je trouve, dans Papa ou maman

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather