Archives par étiquette : occupation

Django, d’Etienne Comar, requiem

Le film nous invite à suivre deux ans de la vie de Django Reinhardt dans la France occupée. La guerre, “c’est une affaire de gadjo” dit-il au début. Il donne des concerts. Il est invité à faire une tournée en Allemagne. Il refuse. Cela ne lui plaît pas qu’on lui force la main. Le film c’est le récit de sa lente prise de conscience de la menace mortelle qui pèse sur le peuple tsigane et sur lui. C’est aussi un film sur sa musique, sur son style unique, sur son goût des rythmes rapides, et sur la musique comme moyen de communion.

Qu’est ce qui tient l’attention du spectateur alors que le personnage principal est presque jusqu’au bout passif, plus intéressé par la pêche et le jeu que par les drames autour de lui ?

La musique de Django Reinhardt, la manière dont elle est filmée, sa force, son caractère envoutant. Et aussi le jeu de de Reda Kateb qui a quelque chose à fleur de peau, quelque chose dans le regard qui attire, accroche, retient.

Message personnel  : aux deux tiers du film, un visage connu, Hugues Jourdain, qui trace son chemin.

Que vais-je faire maintenant ? Ecouter du Django Reinhardt.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Occupied, une série d’Erik Skoldbjaerg et Karianne Lund, êtes-vous prêt ?

occupied-tv-soundtrack-nicholas-sillitoe

Dans Occupied, série en 10 épisodes vue sur Arte, tout est bon !

D’abord le sujet. L’Europe affamée d’énergie confie à la Russie le soin d’occuper la Norvège pour la contraindre à reprendre l’exploitation pétrolière à laquelle elle veut renoncer pour lutter contre le réchauffement climatique. Les Russes repartiront-ils comme prévu ? Les Norvégiens finiront-ils par résister ?

La justesse et la vraisemblance de l’histoire. Les jeux diplomatiques brutaux et cyniques. Les conflits, les déchirements, les revirements des personnages, complexes, humains, vrais.

Les comédiens, tous savoureux, dont Henrik Mestad, Eldar Skar, Ingeborga Dapkunaite très très inquiétante, que je découvre, et côté français Hippolyte Girardot, qui campe un diplomate européen particulièrement veule.

La mise en scène, le montage – on comprend toujours ce qui se passe dans les scènes d’action c’est le critère – , les lumières du nord, et la bande son parfois inquiétante.

J’ai beaucoup aimé. Vu en direct et aussi en replay, une grande invention. Morale de l’histoire. Y’en a pas. C’est une question. Etes-vous prêt ? Autrement dit, que décideriez-vous dans des circonstances analogues ? Série distrayante qui va bien au delà de la distraction.

Une saison 2 est annoncée pour 2017. Can’t wait !