Archives par étiquette : Théâtre des Sources

Une poignée de gens (quelque chose qui ressemble au bonheur), de Vélo Théâtre, passager

© Télérama

On descend dans la salle du Théâtre des Sources à Fontenay-aux-roses. Les fauteuils ont été enlevés. Un agent d’une compagnie ferroviaire nous salue avec un grand sourire et nous remet un billet numéroté. Les spectateurs se rangent sur les côtés d’un espace carré délimité par des tentures grises. Au centre de l’espace, un joueur de trombone, un enchevêtrement de chaises pliantes en bois, un petit train circulaire. Un second chef de gare arrive. Ça commence comme ça. Il est question de bonheur, de voyage en train, de chaises numérotées, de lapins et de marguerites. C’est un théâtre qui crée des instants poétiques. Qui cherche peut-être, sans doute, une interaction avec les spectateurs – faible ce soir là -. Qui ne repose pas ou peu sur les mots. J’en suis ressorti détendu, reposé, comme si j’étais allé me faire papouiller le crâne. Le bonheur, c’est quoi ?

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Ctrl-X, de Pauline Peyrade, par Patrick Azam, ça m’a plu

Ctrl X_01DR

Crtl-X de Pauline Peyrade raconte la nuit d’une jeune femme en pleine tourmente psychologique, aggravée par les médocs et l’alcool. Elle se confronte via son ordinateur et internet au souvenir de Pierre K., un photographe dont elle est amoureuse, et à ses pulsions. Par téléphone et SMS, elle repousse sa soeur qui tente de veiller sur elle, elle butine avec un amant de fraîche date qui vient de quitter son domicile et qui la rappelle, tout à son émoi érotique. Elle est paumée.

Ctrl-X est une pièce radiophonique adaptée pour la scène par Patrick Azam, avec l’atelier “adultes amateurs” qu’il anime au Théâtre des sources . J’en parle parce que j’ai joué dans la pièce. Nous avons joué deux fois, la seconde nous étions bien meilleurs. Petit bilan, essayons.

Qu’est-ce qui m’a plu dans cet exercice choral ?

  • Etre en jeu au plateau pendant près d’une heure, se concentrer pour être à la fois présent, vif et juste.
  • Jouer des éléments ou personnages de pages internet pour lesquels l’intention de jeu c’est en gros “naturel, souriant, convaincu”. Ca a l’air simple mais c’est en fait assez difficile d’y arriver. On recherche d’abord une sorte de “jeu” qui ne sert à rien. Il faut finir par “lâcher prise”.
  • Chanter quelques couplets d’une chanson de l’immense Tom Waits, Dead and lovely. Un grand merci à Azam pour m’avoir donné la possibilité de me frotter au jazz. Un grand merci à Louis Boulloche pour m’avoir aidé à trouver les temps de départ. Il y a quelques semaines je me lançais en ânonnant. Petit à petit et surtout à la fin, des paroles chaleureuses sont venues. De ma famille, de mes camarades, de parfaits inconnus. Ni Dove ni André Manoukian n’étaient dans la salle, il va falloir aller à eux !  😉
  • Travailler avec Patrick Azam. Inventivité. Humour. Carré. Direction d’acteur par touches petites et directes au bon moment. En fallait-il plus ?
  • Mes camarades d’atelier. Des regards bienveillants. L’envie de théâtre. Le désir de produire du jeu.
  • Découvrir que l’on pouvait prendre du plaisir à jouer alors même que pour certains spectateurs, “le spectacle est intéressant, mais l’histoire un peu ennuyeuse”. Il faut donc se méfier du point de vue du comédien.

Dans le théâtre amateur, c’est au moment où l’on communie le plus avec ses camarades que l’on est le plus proche de la séparation. C’est un peu cruel. Ca peut rendre mélancolique. C’est pas mon état d’esprit.

Voilà. Crtl – X avec mes camarades et Azam, ça m’a plu. Théâtre, suite au prochain épisode.

Pour les curieux :

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

 

 

Le révizor, mise en scène Paula Giusti

revizor

Vu au Théâtre des sources. Mise en scène et comédiens virtuoses au service d’une histoire dont je me suis senti un peu éloigné. Le matin, atelier avec Paula Giusti qui nous initie au travail avec un faux nez, proche du masque.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Hôtel Paradiso, tordant.

Paradisio

Une création du collectif berlinois FAMILIE FLÖZ. Les personnages ont des masques, ne disent pas un mot mais en racontent beaucoup. Ca se passe dans un hôtel dans les Alpes où tout déraille, sauf la scie du cuisinier de l’hôtel. Tordant. Une leçon de théâtre “avec masque” pour les apprentis comédiens.
Pour les dates de la tournée, c’est ici :
http://www.dddames.eu/fr/hotel-paradiso/