Archives par étiquette : Tom Hardy

Peaky Blinders, saison 3, goût russe

Deux ans ont à nouveau passé. Les affaires de la famille Shelby ont prospéré. Elles sont de plus en plus légales. Thomas se marie. Mais une dispute avec des italiens de Birmingham, et surtout une affaire en cours avec des russes blancs, en lutte contre les bolcheviques, affaire à laquelle est mêlée une sombre organisation politique, et aussi le gouvernement anglais, vont lui compliquer la vie. Un peu, beaucoup, tragiquement.

Le pardon, le compromis, les excuses, tout cela a-t-il une place dans nos vies .? En général oui. Ce qu’il y a de bien avec les Shelby, c’est qu’ils rejettent en bloc ces notions, en bloc ou pas tout à fait ce qui ouvre la porte à quelques conflits intrafamiliaux croustillants.

Les russes blancs de cette saison sont bien décadents, pour ne pas dire dégénérés. Les italiens trop arrogants. Les méchants sont encore plus méchants, puissants et brutaux. Les personnages devenus un peu faiblards sont éliminés sans pitié (scénariste, c’est comme jardinier, il faut savoir tailler dans l’histoire ). Ici pas de place pour la niaiserie ou même pour l’idée de quiétude.  A l’inverse, les personnages les plus forts montent en puissance, comme celui d’Alfie Salomon, gangster juif philosophe et caractériel. Polly, de plus en plus magnifique.

Ce que j’ai le moins aimé ? La fin. Ça se fait pas.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Mad Max : Fury road, de Georges Miller, 100% action

madmax

30 ans plus tard, nouveau Mad Max. Fury Road se présente comme une poursuite quasi ininterrompue dans des décors grandioses. On découvre les choses au fur et à mesure. Les méchants ont vraiment des sales gueules, les cascades sont spectaculaires, les véhicules sortis de l’esprit d’un tuneur fou . Mais après tant de vroum et de boum,  je n’ai pas regretté qu’arrive la fin du film. Lequel m’a semblé un peu survendu.

Le plus intéressant, c’est peut-être le rôle des femmes dans ce combat sans merci. Par exemple, à côté de Tom Hardy – pas aussi immédiatement et authentiquement fêlé que Mel Gibson -, Charlize Theron est très convaincante. Enfin une relève possible pour Sigourney Weaver !