Archives par étiquette : USA

Homeland, saison 6, very prenant

Carrie Mathison travaille dans une ONG à New-York. Tous les jours, elle rend visite à Quinn en rééducation après son AVC de Berlin. Une nouvelle présidente vient d’être élue. Son projet politique, notamment concernant les interventions militaires extérieures et le rôle des services de renseignement, déplaît fortement à certains, dont le redoutable Dar Adal. C’est parti pour 12 épisodes.

“Si tu ne supportes pas que tes amis te mentent, tu t’es trompé de métier” lance Saul Berenson. La série ne faiblit pas. S’enrichit même de la complexité accrue des personnages, dont celui de Dar Adal qui prend une place centrale dans cette saison 6. D’autres personnages inquiétants font leur apparition, comme le terrible Brett O’Keeffe, prédicateur télévisuel d’extrême droite, prêt à toutes les manipulations, tous les faits alternatifs, et qui est certainement inspiré de personnages réels, que je ne cite pas ici par méconnaissance de la scène politique américaine. De jolies scènes entre Saul et sa sœur, colon israélien fanatisée. La fin, un peu inattendue, et c’est tant mieux.

Pas mal de réflexions sur la situation au Proche-Orient, sur le détournement des réseaux sociaux, sur les dérives de l’état d’exception ( là-bas ils ont le Patriot Act, ici nous avons par exemple l’article 421-2-5-2, créé par la loi du 3 juin 2016 ), sur la fragilité de la démocratie, sur la brutalité de la parole et de l’affrontement politique américain.

La série est prenante, sans temps mort, sans facilité. Vue sur Netflix. Vivement la saison 7 ! Une raison de s’abonner à la concurrence quand elle sortira.

A voir. C’est sûr.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Designated survivor, ABC sur Netflix, fuyez !

designatedsurvivor

Lors d’un discours du Président américain au Capitole, boum, tout saute, 1 000 morts, tout l’exécutif et le législatif américain anéanti. Sauf Tom Kirkman – Kiefer Sutherland -, Secrétaire d’Etat peu charismatique et de peu de poids politique, jamais élu, sur le point de se faire virer, et qui avait été choisi avant la réunion du Congrès américain comme “Designated survivor”, c’est à dire celui qui devrait prendre la relève en cas de catastrophe. Laquelle se produit. Il devient président. Début de l’histoire.

Le problème, c’est que la suite, vous pouvez vous même l’imaginer, tellement elle est attendue. Les scénaristes piochent sans vergogne dans Homeland et sans doute dans House of cards. Mais sans leur arriver à la cheville. Mention passable pour le personnage de Maggie Q, peu convaincant. Claire Danes, c’est quand même autre chose.

Et puis, tous ces lieux communs sur les USA, son président, sa mystique du sacrifice, sa bonne conscience, aucune ambiguïté de quiconque, … très lassant, très vite très lassant. ABC et Netflix, peuvent mieux faire. Passez votre chemin les amis.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather