Archives par étiquette : Yolande Moreau

Nulle part en France, de Yolande Moreau, misère 1.0

http://info.arte.tv/fr/nulle-part-en-france-de-yolande-moreau

Yolande Moreau passe quelques jours au début de l’année 2016 dans les camps de Grande Synthe et de Calais. Son film témoigne de la misère qui y règne. Ils et elles fuient la guerre et la mort. Ils et elles veulent aller en Angleterre. Ils sont bloqués dans la boue en France, la côte anglaise visible par beau temps. Un Kurde – géologue de formation – dit sentir la haine des habitants à leur égard. Ce qu’il demande : un peu de patience, le temps qu’il arrive à passer, et après il dira “merci la France”.

Très beaux textes écrits avec Laurent Gaudé que l’actrice-réalisatrice dit, sans pathos. C’est d’autant plus fort. Ce n’est pas un reportage, ce n’est pas un documentaire, c’est un témoignage, un regard, une fenêtre qui s’ouvre dans notre vie sur une misère que nous ne voulons pas voir, mais qui est là, à deux pas, à trois heures de route. De quoi avons-nous peur ? Des aboiements de qui ?

Merci Arte de laisser ce film en ligne !

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Le tout nouveau testament, de Jaco Van Dormael, déception

letoutnouveautestament

L’affiche de Le tout nouveau testament l’annonce, Dieu habite à Bruxelles, dans un trois pièces sinistre dont ni lui, ni sa femme ni sa fille ne sortent. Sur une étagère une statuette de JC, le fils qui a mal tourné. En pyjama incertain et peignoir à carreaux, Dieu tyrannise sa famille et jouit de faire le malheur du genre humain. Sa fille, 10 ans, s’échappe, va sur terre à la recherche de 6 nouveaux apôtres. Il se lance à sa poursuite. Donc là c’est début du film et on s’attend à une histoire ébouriffante, surprenante, riche d’une cosmologie inédite.

Hélas, pas grand chose ne vient. L’histoire patine. Le film s’enfonce dans la répétition. Ni les trouvailles visuelles et poétiques de l’auteur, ni la justesse des comédiens, n’ont réussi à me sortir de l’ornière. Au final une déception.