The Assassin, de Hou Hsiao-hsien, c’est beau

The_Assassin

L’action de The Assassin se passe en Chine au 9ème siècle, une Chine où les tensions entre le pouvoir central – la Cour impériale – et les provinces – dont celle de Weibo où se déroule l’histoire – sont vives.

Nie Yinniang – la très belle Shu Qi – retourne dans sa famille. Elle a été élevée par une nonne. Elle est devenue une « Assassin », au gré des missions que la Nonne lui confie. Mais Nie Yinniang a parfois des scrupules. Et quand la Nonne lui demande de tuer le gouverneur de Weibo, qui n’est autre que son cousin Tian Ji’an auquel elle fût naguère promise, on sent qu’il y a matière à une histoire.

C’est visuellement très très beau. Filmé je ne sais pas où dans des paysages sublimes. Une image presque carrée. Il y a aussi des jeux avec les tissus de soie qui sont extraordinaires. Le Directeur de la photographie s’appelle Ping Bin Lee.

Quant à l’histoire, entre passé et présent, légitime et concubine, nonne et sorcier, assassin et assassin, j’ai eu un peu de mal à suivre. Par exemple, je ne pourrai pas vous expliquer clairement la fin. Donc, je vous recommande vivement d’aller voir ce beau film. Vous au cerveau plus jeune que le mien, vous pourrez me mettre les sous-titres à l’endroit, et ce autour d’une bonne tasse de thé que je suis prêt à offrir, si vous êtes sympa.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *