Vinyl, épisode 1, de Martin Scorsese, vivement la suite

Vinyl

New-York, 1973. Dans une luxueuse Mercedes, un type qui a l’air au bout du rouleau achète de la coke. Je suis un record man dit-il au dealer. Le premier épisode de Vinyl, la série produite par Martin Scorsese et Mick Jagger, nous fait vivre quelques jours de la vie de Richie Finestra, le patron de Century Records, qui cherche à vendre sa maison de disques à Polygram. Les difficultés s’accumulent. La descente aux enfers commence pour le héros. Des retours en arrière nous racontent son absence de scrupules.

L’épisode un dure une heure et demi. On ne s’ennuie pas une seconde. Les reconstitutions sont bluffantes. C’est brillant. Dope à tous les étages. La réalité se mélange à la fiction et, après, il faut aller fouiner un peu pour démêler les choses. Je suis loin d’avoir reconnu tous les groupes. 1973, j’étais un peu jeune. Vivement le prochain épisode !

PS : vu l’épisode 2, vivement le 3 !

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *